Pour le dernier article de notre série sur l’amélioration de l’efficacité du comité de direction, nous nous penchons sur les attitudes quotidiennes d’un membre du CODIR, révélant comment celles-ci reflètent fidèlement les objectifs de l’entreprise

Pour rappel, 4 conditions garantissent le fonctionnement et l’efficacité d’un CODIR : 

  1. Un objectif collectif clair et partagé qui transcende les objectifs individuels, 
  2. Une équipe composée d’individus qui se connaissent et se respectent, tant individuellement que collectivement, 
  3. Des modes de fonctionnement adaptés au profil du collectif et à la culture de l’organisation, 
  4. Des comportements et des attitudes vectrices de solidarité et d’exemplarité. 

L’adoption de comportements et d’attitudes exemplaires par des membres du codir est une condition fondamentale pour atteindre les objectifs fixés et engager la transformation nécessaire.  

Cela nécessite un effort concerté dans trois domaines clés : la confiance et le respect, les saines confrontations, et la solidarité et l’engagement dans la conduite des opérations et la communication. 

Confiance et respect entre membre du codir

Pour que le CODIR fonctionne efficacement, ses membres doivent se sentir libres d’exprimer leurs opinions et leurs idées, même si elles diffèrent de celles des autres.  

Il est également crucial qu’ils écoutent attentivement les opinions des autres, agissent avec respect dans leurs interactions et prises de décision, partagent les crédits pour les succès de l’entreprise, et soient prêts à prendre des risques pour améliorer la performance de l’entreprise. 

  • Dans quelle mesure un membre du comité de direction écoute-t-il attentivement les opinions et les idées des autres membres ? 
  • Dans quelle mesure les membres du comité de direction sont-ils respectueux dans leurs interactions et leurs prises de décision ? 

Pour garantir l’efficacité d’une équipe dirigeante, il est crucial de maintenir une communication claire sur les attentes comportementales

membre du codir

Saines confrontations au sein du codir

Les désaccords sont inévitables dans tout groupe, mais le CODIR doit être capable de les gérer de manière constructive et professionnelle. Cela implique de résoudre les conflits de manière équitable, d’être ouvert aux critiques constructives, de gérer les conflits d’intérêts potentiels de manière transparente, et de trouver des solutions créatives plutôt que d’opter pour les plus faciles ou courantes. 

  • Dans quelle mesure un membre du codir est-il capable de gérer les désaccords de manière constructive et professionnelle ? 
  • Dans quelle mesure un membre du codir est-il en mesure de reconnaître et de gérer les conflits d’intérêts potentiels de manière équitable et transparente ? 

Former et promouvoir le codéveloppement au sein de son comité de direction. Cette approche du codéveloppement au sein du CODIR se révèle particulièrement précieuse lorsqu’il s’agit de transformer les désaccords en opportunités de croissance, soulignant l’importance d’une communication ouverte et d’une résolution de conflits empreinte d’humanité pour renforcer l’unité et la créativité collective de l’équipe.

Valorisation et acceptation de la diversité au sein du codir 

Enfin, les membres du CODIR doivent travailler en étroite collaboration avec leurs équipes et les soutenir dans la réalisation des objectifs stratégiques de l’entreprise. Cela nécessite d’être accessible et disponible, de respecter les politiques et procédures de l’entreprise, d’être ponctuel et assidu, et de respecter les valeurs et la culture de l’entreprise au quotidien. 

Il est également fondamental de se montrer solidaire de toutes les décisions prises par le CODIR l’extérieur de l’instance : 

  • Dans quelle mesure les membres du comité de direction respectent-ils les politiques et les procédures de l’entreprise, notamment en matière de conformité et de déontologie ? 
  • Dans quelle mesure les membres du comité de direction sont-ils solidaires de toutes les décisions prises par l’instance 
  • Dans quelle mesure les membres du comité de direction respectent-ils les valeurs et la culture de l’entreprise dans leurs comportements au quotidien ?